Le tourisme de dernier recours

Le changement climatique représente une menace grandissante pour de nombreuses destinations touristiques mondiales, allant des glaciers majestueux aux récifs coralliens colorés, en passant par les stations de ski et les îles à faible altitude. Face à ces transformations, une interrogation surgit parmi les voyageurs : est-il opportun de découvrir ces sites avant qu'ils ne disparaissent ? Ce phénomène, baptisé « tourisme de la dernière chance », soulève une question cruciale : la visite de ces lieux peut-elle s'harmoniser avec les principes de durabilité ? Et surtout, quel est le rôle des professionnels du tourisme dans cette dynamique ?

Le concept du tourisme de dernier recours

Drapeau THTS

Le concept de « tourisme de dernier recours » est né en réaction à la prise de conscience croissante des impacts irréversibles du changement climatique sur des sites naturels emblématiques. Ce type de tourisme désigne le désir des voyageurs de visiter des endroits menacés de disparition imminente, motivés principalement par le souhait de voir ces merveilles naturelles avant qu'il ne soit trop tard.

Parmi les destinations souvent évoquées, on trouve les récifs coralliens de la Grande Barrière en Australie, affectés par le blanchissement dû au réchauffement des océans, ainsi que les glaciers du parc national de Glacier aux États-Unis, qui régressent à un rythme alarmant, attirant de nombreux visiteurs désireux de les admirer avant leur disparition. De même, les forêts tropicales de l'Amazonie, souvent désignées comme les « poumons de la planète », voient leur nombre de touristes augmenter, ces derniers cherchant à témoigner de leur splendeur avant que la déforestation et les changements climatiques ne les altèrent davantage.

L'attrait pour ces sites n'est pas seulement motivé par leur beauté ou leur rareté, mais également par un sentiment d'urgence et de perte imminente. Cette urgence change la perception des voyageurs, faisant de chaque visite non seulement une aventure, mais aussi un adieu. Par exemple, Venise, célèbre pour ses canaux historiques, est souvent évoquée dans les discussions sur le tourisme de la dernière chance en raison de sa lutte contre les inondations croissantes et les effets de la montée du niveau de la mer.

Au fil des ans, le terme a gagné en visibilité, popularisé par les médias et les campagnes de sensibilisation mettant en lumière les conséquences du changement climatique. En 2018, le magazine Forbes a identifié le tourisme de la dernière chance comme une tendance de plus en plus populaire, soulignant à la fois son potentiel économique et ses implications éthiques.

Les conséquences du tourisme sur les endroits fragiles

Drapeau THTS

L'arrivée massive de touristes dans des sites naturels fragiles, bien que motivée par le désir de découvrir la beauté de ces lieux avant leur disparition, peut souvent accélérer leur détérioration. L'impact écologique du tourisme, notamment en termes d'érosion, de pollution et de perturbation des habitats naturels, suscite une préoccupation croissante.

Cependant, des recherches suggèrent que la visite de ces endroits peut également inspirer un changement de comportement positif chez les touristes. Des études montrent que l'expérience directe de la beauté et de la vulnérabilité de ces environnements peut éveiller une conscience écologique plus profonde chez les visiteurs, les incitant à adopter des pratiques plus durables dans leur vie quotidienne. Par exemple, après avoir visité les glaciers de l'Alaska, certains touristes deviennent des militants pour la lutte contre le changement climatique, participant à des campagnes de sensibilisation et réduisant leur empreinte carbone.

Cependant, la recherche sur les effets à long terme de ces visites est encore limitée. Certaines études soulignent l'impact positif significatif, tandis que d'autres mettent en évidence les conséquences négatives de l'augmentation du trafic et de la consommation de ressources dans ces régions déjà sous pression.

À cet égard, l'Antarctique constitue un exemple notable. Malgré des réglementations strictes visant à limiter l'impact des visiteurs, le nombre croissant de croisières et d'expéditions dans cette région isolée pose un défi considérable pour la préservation de son écosystème vierge. Les débats sont vifs sur la manière de gérer cette affluence tout en préservant l'intégrité du dernier continent sauvage de la planète. Ce dilemme illustre le paradoxe central du tourisme de la dernière chance : la tension entre le désir de protéger des merveilles naturelles pour les générations futures et le risque d'accélérer leur disparition par notre simple présence.

Analyse de cas : Chamonix et son glacier, la Mer de Glace

Drapeau THTS

L'exemple de la Mer de Glace, sur les flancs du Mont-Blanc à Chamonix, illustre de façon frappante les impacts du changement climatique sur les destinations touristiques alpines. Ce vaste glacier, qui a inspiré des générations de visiteurs, y compris des figures littéraires telles que Mark Twain, Mary Shelley et Alexandre Dumas, recule rapidement, mettant en lumière la vulnérabilité des glaciers à travers le monde

Depuis des siècles, la Mer de Glace est une attraction majeure à Chamonix, attirant les touristes désireux de découvrir l'un des glaciers les plus accessibles d'Europe. Les visiteurs peuvent emprunter le train à crémaillère de Montenvers, qui les conduit à un point de vue spectaculaire sur le glacier. Cependant, ces dernières années, le recul du glacier a modifié la configuration du site et les activités touristiques qui en dépendent. Là où autrefois le glacier atteignait presque le refuge du Montenvers, il faut désormais descendre un long escalier pour accéder à la surface glacée, les panneaux signalant chaque année les nouvelles limites du glacier.

Ce recul spectaculaire de la Mer de Glace pose non seulement un défi écologique, mais aussi économique pour la région. Le tourisme représente une part importante de l'économie locale, et les changements dans le paysage glaciaire ont un impact direct sur les entreprises locales, allant des guides de montagne aux hôtels et restaurants. Face à ces défis, Chamonix et ses acteurs touristiques cherchent des moyens de s'adapter tout en sensibilisant les visiteurs aux impacts du changement climatique. Des initiatives telles que des expositions éducatives, des conférences animées par des glaciologues et l'installation de panneaux informatifs sur l'évolution du glacier jouent un rôle essentiel dans cette démarche. Ces efforts visent à transformer l'expérience touristique en une opportunité d'éducation environnementale, en montrant de manière concrète les conséquences du réchauffement climatique.

De plus, certaines entreprises locales innovent en proposant des activités touristiques moins tributaires des conditions glaciaires et davantage axées sur la durabilité. Par exemple, le développement de sentiers de randonnée mettant en valeur la biodiversité locale et l'histoire culturelle de la région offre une alternative aux excursions sur glacier.

En direction d'un tourisme axé sur la durabilité

Drapeau THTS

Alors que le tourisme de dernier recours se développe, l'impératif de développer des pratiques touristiques durables devient de plus en plus pressant afin de minimiser les impacts négatifs sur les environnements fragiles. Les destinations touchées par ce phénomène doivent revoir leur approche du tourisme afin d'assurer à la fois la préservation de leur patrimoine naturel et culturel et la viabilité économique à long terme.

La transition vers un tourisme plus durable implique une gamme de stratégies, notamment la sensibilisation environnementale, la régulation du nombre de visiteurs, l'adoption de technologies respectueuses de l'environnement et le soutien aux communautés locales. Par exemple, les îles Galápagos ont instauré des règles strictes limitant le nombre de touristes, chaque visiteur devant être accompagné par un guide certifié pour réduire l'impact sur l'écosystème local. Cette régulation contribue à contrôler l'afflux touristique tout en offrant une expérience éducative soulignant l'importance de la conservation.

Dans les parcs nationaux tels que Yellowstone aux États-Unis, des initiatives sont mises en place pour réduire l'empreinte écologique des visiteurs. Cela comprend la mise en place de systèmes de transport public efficaces à l'intérieur du parc pour réduire la circulation automobile, ainsi que l'adoption de solutions d'hébergement respectueuses de l'environnement et la mise en œuvre de programmes éducatifs sur la faune et la flore du parc. Ces mesures visent à sensibiliser les visiteurs à leur impact tout en leur permettant de profiter de la nature de manière responsable.

Une autre composante du tourisme durable est l'intégration de technologies vertes dans l'infrastructure touristique. Par exemple, l'utilisation de panneaux solaires et de systèmes de gestion des eaux usées respectueux de l'environnement dans les hôtels et les stations touristiques contribue à réduire l'empreinte carbone des destinations touristiques. De plus, de nombreux sites encouragent les visiteurs à participer à des activités de conservation telles que la reforestation ou le nettoyage des plages, renforçant ainsi leur engagement envers l'environnement.

Pour transformer le tourisme et atténuer son impact, des défis considérables doivent être relevés. La nécessité de trouver un équilibre entre le développement touristique et la préservation des environnements fragiles exige des décisions éclairées et souvent difficiles. Les décideurs doivent constamment évaluer l'efficacité des mesures de durabilité et rester flexibles face aux évolutions environnementales et aux tendances touristiques. Les visiteurs et les professionnels du tourisme doivent également prendre conscience de leur rôle dans la préservation des sites qu'ils visitent et choisir des options de voyage plus respectueuses de l'environnement. Cette prise de conscience collective est essentielle pour garantir que le tourisme reste une source de plaisir et de découverte sans compromettre les générations futures.

Source : École Supérieure De Tourisme Troyes Metz

Autres publications

Drapeau THTS
Première année en école de tourisme : Astuces et Conseils pour Réussir

Première année en école de tourisme : Astuces et Conseils pour Réussir

Le passage du lycée à une école de tourisme post-bac marque un tournant majeur dans la vie d’un étudiant. Cette transition s’accompagne souvent d’un changement de rythme, d’une plus grande autonomie et d’une approche différente des études. Il est essentiel d’adopter certaines règles de vie pour optimiser son temps et réussir sa première année. Voici quelques conseils et astuces pour aborder cette transition avec succès.

Lire l'article
fr_FR